“Mais toutes ces idées n’avaient, avant les années 1880, qu’un succès restreint et les adhérents étaient d’une constance douteuse. On remarquera aussi que le marxisme n’a pratiquement pas eu de disciples. Le fait peut paraître d’autant plus surprenant que Marx vit en exil à Londres. Mais il n’est guère connu et mieux que tout, la manière dont le ‘Times’ annonce la mort de l’auteur du “Capital” le démontre: “Notre correspondant parisien nous informe de la mort du Dr Karl Marx, survenue mercredi dernier à Londres…’ (Times, 17 mars 1883, 13, f.). Seules les idées de J. Stuart Mill et de Henry George sont assez largement répandue. En 1881, aucune organisation efficace de propagande n’existe. La masse des prolétaires ignorent les socialistes: le cas de John Burns est une exception et c’est celui d’un ouvrier mécanicien, c’est-à-dire d’un membre d’une aristocratie ouvrière plus évoluée. C’est à un bourgeois avancé, Henry Mayers Hyndman, que revient l’initiative de grouper les idées éparses en un corps de doctrines et de fonder le premier parti socialiste anglais” [Roland Marx, L’évolution du mouvement ouvrier britannique à la fin du XIX° siècle (1873-1900)] [(in) Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, n° 5, 1963]

Chiudi il menu