“Pour ne pas laisser de lacune dans l’exposé des conceptions de Marx en 1848, il importe de noter un trait essentiel qui distingue la social-democratie allemande d’alors (ou le Parti communiste du prolétariat, pour empunter la langue de l’époque) de la social-démocratie russe d’aujourd’hui. Laissons la parole à Mehring: “Elle (la Nouvelle Gazette rhénane) est entrée dans l’arène politique comme un “organe de la démocratie”. Il est impossible de ne pas voir l’ idée qui domine tous ses articles. Mais, dans son activité directe, elle défendait plus les intérêts du prolétariat contre ceux de la bourgeoisie. On trouvera peu de chose dans ses colonnes sur le mouvement spécifiquement ouvrier pendant la révolution, bien qu’il ne faille pas oublier qu’à côté d’elle paraissait deux fois par semaine, sous la rédaction de Moll et Schapper, l’ organe spécial de l’Union ouvrière de Cologne.” [Lénine, Lénine et la presse]

Chiudi il menu